Martigues

Posté le 29 juillet 2016 | Commentaires fermés

L’étang de Berre vers une inscription au Patrimoine Mondial de l’Unesco ?

Convaincu que la plus grande étendue salée d’Europe doit faire l’objet de toutes les attentions en matière d’aménagements de ses rives, d’activités humaines, économiques, écologiques et de loisirs, Gaby Charroux, député-maire de Martigues, lance la candidature pour l’inscription de l’étang de Berre au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Vaste étendue d’eau calme et saumâtre de 155 km2, l’étang de Berre, une des plus grandes lagunes d’Europe, est proche de la mer et relié à celle-ci. Il est bordé par les territoires de 10 communes qui rassemblent quelque 237 500 habitants. La zone de l’étang et de son bassin versant est un vaste espace où les activités humaines sont denses et variées : habitat, industries, déplacements, tourisme, loisirs, pêche…

L’étang de Berre présente un intérêt historique, sociologique et culturel certains, il est le témoin de l’évolution d’un paysage humain, technologique, industriel et économique qui illustre une longue période significative de l’histoire humaine. D’un point de vue environnemental, il représente un ensemble de phénomènes naturels remarquables, et témoigne d’un processus écologique et biologiques unique dans l’évolution des écosystèmes en général.

Abritant de nombreux habitats naturels, il offre une biodiversité exceptionnelle. Améliorer l’image de l’étang, accroître sa notoriété, fédérer et mobiliser tous ceux qui y vivent et qui y travaillent motivent le dépôt de cette candidature. Il s’agit aussi de mobiliser les entreprises riveraines et d’accroître les moyens destinés à améliorer son état.

Enfin, cette démarche vise à encourager les recherches concernant les lagunes et les étendues d’eau saumâtre et, à terme, créer un grand centre d’études des lagunes. L’inscription de l’étang de Berre sur la Liste du Patrimoine mondial permettrait avant tout l’appartenance à une communauté internationale qui sauvegarde des biens d’importance universelle. Le prestige qui en résulterait serait un formidable catalyseur pour sensibiliser à la préservation de ce patrimoine unique. Enfin, elle contribuerait à une grande sensibilisation des habitants, et plus largement du grand public, au bien et à ses valeurs exceptionnelles, renforçant ainsi l’attractivité du site.

Un processus de longue haleine

En 2016, la première année est celle de lancement du projet avec l’inscription de l’étang de Berre sur la Liste indicative française, du début de la prospection des partenaires économiques du projet et de la création de l’association de préfiguration.

L’année 2017 sera principalement consacrée au lancement de l’élaboration du dossier de candidature. Naturellement, l’information et la sensibilisation du public, ainsi que le rassemblement des différents partenaires du projet initiés pendant la première année continueront.

En 2018, rédaction définitive du dossier de candidature qui sera présenté au Comité national des biens français auprès du ministère de l’Environnement de l’Énergie et de la Mer.

En 2019, le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco instruira le projet et prendra sa décision d’inscription en 2020 lors de la session d’été.

Pendant toute la durée de mise en œuvre du projet, des campagnes de sensibilisation et d’information seront menées, avec l’édition de différents supports de communication et l’utilisation d’un site Internet évolutif, s’adressant au grand public ainsi qu’aux partenaires du projet.

Un véritable projet phare, à la croisée de l’aménagement du territoire, du développement durable et de la protection de nos richesses.

 

Fiche d’identité

- superficie totale de 155 km²

- longueur de 20 km

- largeur maximale de 16,5 km

- superficie du bassin versant naturel de 1 700 km²

- profondeur maximale de 9,50 m

- profondeur moyenne de 6 m

- volume d’eau estimé à 980 millions de mètres cubes

- variation de la salinité de 15 g à 30 g par litre.

 

Les enjeux de cette inscription

Améliorer l’image de l’étang, accroître la notoriété de l’étang et de son bassin, fédérer et mobiliser tous ceux qui vivent/qui travaillent dans cette vaste zone géographique, mobiliser les entreprises utilisatrices de l’étang, accroître les moyens destinés à améliorer son état (l’eau, les berges, les plages, les tunnels…), accélérer les travaux d’amélioration et de réhabilitation de l’étang et de son bassin, encourager les recherches concernant les étendues d’eau saumâtre ainsi que les lagunes, créer un grand centre d’études des étangs et lagunes, développer des offres touristiques spécifiques dans le secteur de l’étang de Berre : le «tourisme industriel» pourrait utilement compléter le «tourisme de loisirs» qui existe déjà dans certaines zones de l’étang.

« Gignac-la-Nerthe
Sausset les Pins- l’aventure, jusqu’au bout de leur rêves »