Carry-le-Rouet : Dominique Louis

Posté le 6 avril 2017 | Commentaires fermés

Dominique Louis, plongeur et photographe

C’est à l’âge de 13 ans que Dominique Louis a découvert la plongée au sein des Petits Plongeurs de Carry, grâce à Roger Grange qui était alors initiateur et donnait des baptêmes au club subaquatique. Une véritable révélation pour Dominique qui mettra alors à profit week-ends et vacances pour aller à la découverte du grand bleu, qu’il ne tardera pas à photographier sous toutes les coutures. «A l’époque, je faisais déjà de la photo terrestre, et Roger Grange m’a alors prêté sont premier appareil pour faire des images sous-marines en noir et blanc» se souvient Dominique, et de poursuivre «je suis par la suite entré dans la vie active et j’ai alors pu me payer mon premier appareil, c’était dans les années 90».

Au fur et à mesure des rencontres, cours et sorties photos, notamment auprès de la commission audiovisuelle de la FFESSM dont il fait partie, il développera son sens artistique ainsi que la qualité de ses prises de vues, s’appuyant sur les conseils de deux excellents professeurs en la personne de Fréderic Di Méglio et André Ruoppolo.

Incité par son entourage, cette passion l’amènera tout naturellement à concourir, notamment pour le Festival de l’Image Sous Marine d’Antibes où il remportera le prix André Laban du bleu (un des pionniers de la Calypso, qui aujourd’hui fait de la peinture sous-marine).

Très sensibilisé à l’aspect environnemental, il a également contribué à la réimplantation de la Pinna Nobilis (ou grande nacre de Méditerranée) ainsi qu’aux prémices de la création du Parc Marin en compagnie de Georges Cristiani.

 

La calanque du Contrebandier est un endroit magique

 

Dominique a aujourd’hui promené sa combinaison aux quatre coins du globe, depuis les Philippines jusqu’aux Caraïbes, en passant bien évidemment par la Mer Rouge, mais c’est pourtant à sa chère côte bleue et aux îles de Marseille (Planier, Impériaux…) qu’il reste avant tout attaché. «Je plonge entre Carry et Callelongue. La calanque du Contrebandier est également un endroit magique, mais souvent je plonge aussi du bord pour faire de la macro. Chaque pays, chaque spot a ses spécificités, et j’aimerais bien plonger dans des mers froides telles que la Norvège, l’Islande ou l’Antarctique, des environnements que je ne connais pas encore» nous avoue-t-il, confiant «ne jamais plonger sans mon matériel photographique, dont le coût équivaut celui d’une Renault Twingo, par peur de rater la photo exceptionnelle».

L’année 2017 s’avère chargée pour Dominique, avec de nombreux concours parmi lesquels le Wildlife Photographer of the World du Musée d’Histoire Naturelle de Londres ou encore le championnat de France à Marseille en septembre prochain, mais également un tas d’idées en tête pour Carry et la Côte Bleue, bénéficiant pour cela de la confiance et du soutien inconditionnel du maire Jean Montagnac.

« Ensuès-la-Redonne : Du théâtre au Cadran
Carry-le-Rouet : Salon du vin rosé »