Châteauneuf-les-Martigues : les chèvres sauvages

Posté le 6 avril 2017 | Commentaires fermés

Pour la sauvegarde des chèvres sauvages

Défendre les chèvres libres du massif de la Nerthe sur la commune de Châteauneuf les Martigues, voila le crédo de l’association «Chêvres de notre colline» créée fin 2015 à l’initiative de Sylvie Vidal, habitante du vallon de Valtrède.«Je connais les chèvres depuis près de 30 ans. Elles ne dérangent personne, et contrairement à ce qui a été précédemment écrit dans la presse, elles n’ont jamais causé d’accident de la route, et les éleveurs n’ont jamais eu non plus à se plaindre de risques sanitaires. Mais une personne s’est mise en tête de les faire disparaître, c’est pourquoi nous avons créé cette association afin de les sauvegarder» explique Sylvie.

Une première pétition auprès de la fondation Brigitte Bardot a recueilli plus de 2000 signatures, la dite fondation adoptant une trentaine de chèvres après capture, mise en quarantaine et contrôles sanguins. D’un autre côté, conformément aux exigences préfectorales, l’association s’est engagée à effectuer l’identification, le contrôle sanitaire et la régulation du reste du troupeau. Pour cela, un enclos à l’écart a été réalisé afin de fidéliser les chèvres qui y trouvent nourriture, eau et sel, permettant également de les tenir loin des voies de circulation en limitant leur présence sur les hauteurs et dans les carrières. «Le but du jeu est de passer lorsqu’elles sont entrées dans l’enclos pour pouvoir les piéger, stériliser les mâles, effectuer les contrôles sanitaires et le bouclage (l’étiquette d’identification apposée dans l’oreille). L’association est considérée comme un éleveur, enregistrée à la chambre d’agriculture, et doit à ce titre remplir toutes les obligations sanitaires» poursuit Sylvie.

Aujourd’hui, près d’une centaine de chèvres pâturent dans le massif, essentiellement des chèvres du Rove et des Alpes, réparties en plusieurs petits groupes composés d’un bouc, six ou sept femelles avec leurs cabris. Sur un territoire d’environ 500 ha dépourvu de cultures, appartenant en grande partie aux carrières (70%), au conservatoire du littoral (20%) et le reste à la commune de Châteauneuf les Martigues, les chèvres ne représentent aucun danger, leur présence permettant même une diminution de la masse combustible.

Aujourd’hui, l’association qui ne reçoit aucune subvention est en recherche de bénévoles de terrain pour assurer les missions de nourrissage, de capture et de bricolage, ainsi que de personnes à même d’assurer le suivi du site internet, du facebook et du gros travail administratif. Les sympathisants (cotisation annuelle de 10€) et les donateurs divers (sel, vétérinaire…) sont également les bienvenus.

Une chose est sûre, vu la mobilisation constatée lors de la récente réunion publique à laquelle participaient également messieurs Roland Mouren, maire de Châteauneuf les Martigues, Vincent Burroni, député et Eric Diard, maire de Sausset les Pins, nul doute que l’avenir des chèvres de notre colline peut s’envisager sous les meilleurs auspices pour l’association qui peut également compter avec le soutien de nombreux acteurs environnementaux locaux parmi lesquels Ecoute ta planète, Etang Nouveau ou encore Eco Relais.

Contact : chevresdenotrecolline@laposte.net

 

« Sausset -les-Pins : Handball
Châteuneuf-les-Martigues »