Sausset -les-Pins : Handball

Posté le 6 avril 2017 | Commentaires fermés

Les drôles de dames de l’Entente Côte bleue Handball 

L’équipe de sports collectifs qui fait actuellement le buzz à l’ouest de l’Etang de Berre, ce sont assurément les seniors filles de l’entente Côte Bleue handball. On sait que le club réunifié se veut une nouvelle ambition sportive et sociale depuis l’arrivée à la présidence de Vincent Rivière. Le premier effet palpable fut la fusion saussétoise avec le club d’Ensuès, avec une mutualisation des moyens et des cadres sportifs (arbitres notamment) qui a permis de sauver individuellement les deux entités, tout en s’ouvrant de nouvelles perspectives

La cause factuelle et le déclencheur humain de ce surcroit d’ambition en a été sans conteste l’arrivée en terre saussétoise de la handballeuse multi-championne de France Jennifer Pierre pour jouer et coacher cette nouvelle Entente Côte Bleue. Résultat, l’équipe en bas de l’échelle gagne tout à son niveau départemental grâce à Super Jenny qui, de plus, est venue de Miramas avec les (performantes) jumelles Cindy et Sabine Petit.

La mayonnaise a aussitôt pris : avec une star qui rayonne et deux autres recrues qui tournent bien, le reste de l’équipe ne pouvait que progresser à vitesse supersonique.

C’est en Coupe de France départementale qu’on a réellement pu étalonner le niveau et l’ambition du groupe avec le plus beau et le plus frustrant des week-ends gardois à la fin février. On a pu ce jour là mesurer l’énorme talent de la nouvelle recrue Jennifer Pierre et son charisme d’entraineur, qui a déjà fait progresser spectaculairement son groupe. Après avoir gagné le matin leur 16ème de finale de cinq buts d’écarts contre Orange, Jenny et ses filles affrontaient l’après-midi en 8èmes l’ogre montpelliérain. Au terme de 60 minutes irrespirables, elles s’inclinaient d’un petit but après avoir raté la balle d’égalisation, le tout sans leur joueuse vedette, ligotée voire étouffée toute la partie par deux ou trois joueuses usant de tous les moyens, légaux ou pas, pour museler la championne. A l’arrivée, le gout amer d’un groupe qui pleurait, criait à l’injustice et son sentiment de s’être fait avoir. «On nous a volé notre première belle aventure sportive, mais je suis fière de leurs progrès fulgurants en six mois» débriefait Jennifer Pierre une fois la tension retombée.

«Malgré ce coup du sort arbitral, on n’a pas fini d’entendre parler d’elles», se sont juré coach et président, qui entendent rester invaincues cette saison et ramener le titre de pré-régional l’an prochain. Car «des 16 ans d’Emeline aux 40 ans de Laïza, on est toutes différentes, mais on est déjà une vraie famille». Et c’est peut-être d’abord cela, la première victoire de Jennifer.

« Martigues – Une école de cascadeurs ouvre à Martigues
Châteauneuf-les-Martigues : les chèvres sauvages »