Sausset les Pins- l’aventure, jusqu’au bout de leur rêves

Posté le 2 octobre 2016 | Commentaires fermés

Caroline-Geneviève : l’aventure, jusqu’au bout de leur rêves

L’une, Caroline, a décidé de prendre une année sabbatique et vient de mettre les voiles pour un tour de la méditerranée. L’autre, Geneviève, prend simplement une pause de quelques semaines,  pour aller jouer les casse-cou au grand cœur dans la pampa argentine.  A chacune sa recette et son chemin pour aller, de toute façon, jusqu’au bout de son rêve.

 

Caro met les voiles, avec flamme et enfant

Nièce d’une famille historique saussétoise, Caro est une architecte, qui, lasse de ne plus sortir la tête de ses plans et ses cadences infernales, a décidé l’an dernier de tout plaquer. Pas facile quand on a charge d’âme.

Résolvant étape par étape les problèmes inhérents à un  grand sevrage social, Caro convainc sa prof de voile Hélène de « mettre les voiles » au sens marin du terme. Le temps d’acheter un bateau spacieux de 7 couchages, de prévoir et d’assumer à bord la scolarité de son Esteban de fils, et notre équipage s’est embarqué à trois de Sète à la fin août, pour un vrai départ du port de Sausset, dans la foulée d’un rodage sur mer toutes voiles dehors, sans problème de navigation ou d’imprévu rencontré.

Entamé officiellement le 5 septembre, l’itinéraire initial a prévu des rentrées aux ports de La Ciotat, et Sainte-Maxime, comme premières (et dernières) étapes françaises, avant la descente puis la remontée de toute la botte italienne. Ensuite, cap sur la Grèce, mais en sauts de puces (marines), et possible parenthèse Turquie, si les conditions géopolitiques le permettent.

Pour le retour, pas compliqué : le même chemin des écoliers sera emprunté, pour une petite année en tout, loin des contingences familiales et de la routine à quai. «Il sera toujours temps de rentrer», a dit le matelot Caro en guise d’au-revoir sans retour prochain à tonton Philippe et à la capitainerie saussétoise, qui a déroulé le tapis à nos plaisancières. Pour les uns et les autres, ce pourrait être très long. Ou très court.

 

Geneviève dans la pampa argentine, un triple défi

Autre trajectoire, mais même appel du large, cette fois-ci sur la terre ferme, vers l’Amsud : 2010, Geneviève et Lorna, infirmières anesthésiste et médecin anesthésiste à Noumea, partenaires de boulot, deviennent bien vite copines de virées au grand air. Et le retour en 2014 de Geneviève à Sausset pour vivre et à la Timone pour travailler à l’hôpital des enfants, n’empêche pas un projet commun de naître : le rallye Rose des Andes en Argentine, où nos deux complices auront à dompter en même temps la conduite d’un 4X4 sur les reliefs de la Cordillère et l’orientation pour venir à bout du terrible parcours accidenté de 3700 km.

Préparation intensive seule ou à deux, retrouvailles sportives pour les vacances… notre équipage saussétois a mis pour relever le défi tous les atouts de son côté, physiquement mais aussi socialement. La chasse aux partenaires est un autre sport dans une jungle qu’elles pensaient peut-être plus accueillante, d’autant que ce rallye est aussi solidaire : les dons amassés iront renflouer les caisses d’une fondation d’Equinothérapie (créée par «Enfants du désert »), qui aide les enfants argentins handicapés.

Préparation physique et sportive, chasse aux mécènes, sensibilisation solidaire : la motivation et la quête de sens sont triples. Quoi qu’il arrive, celles qui se baptisent « les propofolles » (du Popofol, médicament de base dans tous les actes d’anesthésie au bloc opératoire) se déclarent déjà partantes le 16 avril prochain avec leur pick-up n°55, et prêtes à galérer trois semaines dans la pampa. Pour le meilleur, et pour les autres.

Contact 06 52 69 63 34 ; propofolles@gmail.com/ facebook.com : lespropofolles

http://lespropofolles.trophee-roses-des-andes.org/

« Martigues
Châteauneuf les Martigues – Les Trabaques »