Moun païs de Prouvènço

Posté le 4 janvier 2012 | 0 Commentaires »

Un conte mistralen : La Rèsso- Legèndo Prouvençalo

A l’époque de Saint Joseph, la scie n’était pas encore connue. Les charpentiers pour leur travail n’avaient que la hache, le couteau et le ciseau à bois.

Un jour que Saint Joseph s’était absenté, le diable qui rodait  par là, entra pour fureter et vétiller. Donc, ce gros laid aperçoit deux couteaux dont le pauvre Saint-Joseph se servait pour polir le bois qu’il travaillait. Le maudit malfaisant se saisit des couteaux, et ni une ni deux les frappe lame contre lame et les ébrèche sur toute la longueur.

Quand il eut accompli ce beau travail, il se cacha derrière la porte et attendit le vieux charpentier pour rire aux éclats et se moqua de sa colère lorsqu’il serait de retour dans sa boutique.

 

Saint-Joseph revient, et quand il voit ses couteaux ébréchés de cette façon :

-         Quel diable m’a fait cela ? Dit-il… Et puis :

-         Saintes de Dieu, dit-il ! Tiens ! Une bonne idée.

Il attrapa alors un des couteaux, le met en travers sur un morceau de bois, et, en avant, en arrière, en avant, en arrière !

La scie était inventée.

Le Saint homme de Dieu rendit grâce au Seigneur et le traître à cornes, penaud comme un panier troué décampa dans l’enfer avec la queue entre les jambes.

 

Frédéric Mistral, l’Armana prouvençau 1878

Un conte mistralen : La Rèsso- Legèndo Prouvençalo

Dóu tèms de Sant-Jousè, la rèsso èro panca couneigudo. Li fustié, à soun usage, n’avien que la destrau, lou coutèu e l’escaupre.

Un jour que Sant-Jousè èro sourti de sa boutigo, lou diable, qu’èro pèr orto, intrè pèr tafura e foutimateja.

E’m’acò, lou leidas vai vèire dous coutèu que lou paure Sant-Jóusè se n’en servié pèr alisca lou bos que fustejado.

Lou sacre maufatan arrapo li coutèu, e’m’acò pin ! Póu ! li pico lamo contre lamo e lis embrèco tout-de-long.

Quand aguè fa aquéu bèu travai s’escoundeguè darrié la porto, e esperè lou vièi fustié pèr s’escacalassa e se trufa de sa coulèro quant tournarié dins sa boutigo.

Sant-Jousè rintro, e, quant vèi si coutèu breca d’aquelo maniero :

-         Quau diable, m’a fa’çò ? dis… E pièi :

-         Santo de Diéu, dis, tè ! uno bono idèio…

Aganto alor un di coutèu, l’entravèsson à-n-un tros de bos, e, cri, e cra ! e zingue ! e zangue !

La rèsso èro enventado !

Lou sant ome de Diéu rendeguè gràci au Segnour ; e lou traite Banaru, nè coume un panié trauca, s’esbignè dins l’infèr emé la co entre li cambo.

 

Frederi Mistral, l’Armana prouvençau 1878


PASCO , UNO FÈSTO MAJO

            Sian rintra dins la pountanado d’avans la fèsto de Pasco. Pasco, uno fèsto bèn couneigudo en Óucidènt que celèbro la resurreicioun de Jèsu-Crist lou jour tresen après sa mort ; mai  subre-tout represènto pèr la maje part di gènt, li vacanço, lou retour di bèu jour, lou printèms, lou gigot e lou bon rejauchoun pascal. Mai, tambèn, pèr li cresèire crestian es la fèsto de la Passioun dóu Crist que s’acabo pèr sa mort e soun ressuscitamen lou tresen jour après.

Pasco es uno di fèsto chanjadisso que s’esperlongo enjusqu’à Pandecousto (50 jour après). Sa dato fuguè fissado au Councile de Nicèio en 325. Es lou dimenche que seguis la proumiero luno pleno après l’equinòssi dóu printèms. Es davançado pèr la semano de la Passioun que vai di Rampau au Divèndre Sant, quouro Jèsu es juja, crucifica e ensepeli. La Semano Santo es davançado tambèn pèr lou tèms dóu Caremo.

Es pèr acò que lou dimars avans li Cèndre s’es di « de Carementran »(caremo intrant). L’endeman, lou dimècre di Cèndre es la coumençanço d’uno pountannado de 40 jour d’alestimen à la Semano Santo e à Pasco. Aquest tèms es counsacra à-n-uno privacioun –partage en nourrimen e lesé vers li pu paure, e lou tèms espargna sara counsacra à Diéu en leituro santo, meditacioun, preguiero ; soulamen dous jour de jun e d’astinènci, lou di Cèndre e dóu Divèndre Sant. Lou Caremo es la periodo de preparacioun finalo de tóuti li catecumène jouine e adulte que saran bateja pendènt la Vigilo Pascalo, la niue de Pasco.

Prouverbe : Pasco molo, Espigo folo  Pasco jalado ,Espigo granado.

Robert Arnaud,

Vice-Président du Collectif  Prouvènço

PÂQUES, UNE FÊTE MAJEURE 

Nous sommes entrés dans la période qui précède la fête de Pâques. Pâques, une fête bien connue en Occident, qui célèbre la Résurrection de Jésus-Christ, le troisième jour après sa mort, mais qui, maintenant, représente surtout pour la majorité des gens, les vacances, le retour des beaux-jours, le printemps, le gigot et le bon gueuleton pascal. Mais surtout, pour les croyants chrétiens, c’est la fête de la Passion du Christ qui s’achève par sa mort et sa résurrection.

Pâques est une des fêtes à date mobile qui se prolonge jusqu’à Pentecôte (50 jours après). Sa date fût fixée au Concile de Nicée en 325 : c’est le dimanche qui suit la première pleine lune de l’équinoxe du printemps. Elle est précédée par la Semaine de la Passion qui va des Rameaux au Vendredi Saint où Jésus est jugé, crucifié, meurt et est enseveli.

La Semaine Sainte est précédée aussi par le temps du Carême. C’est pour cela que le mardi avant les Cendres est appelé de « Caramentran » (carême entrant). Le lendemain, le mercredi des Cendres est le début d’une période de 40 jours de préparation à la Semaine Sainte et à Pâques.

Cette période est consacrée par une privation-partage en nourriture et loisirs, envers les plus pauvres, et le temps gagné sera consacré à Dieu en lectures saintes, méditations, prières ; seuls, deux jours de jeûne et d’abstinence seront observés, ceux des Cendres et du Vendredi Saint. Le Carême est le temps de préparation ultime des Catéchumènes jeunes et adultes qui seront baptisés à la Vigile Pascale pendant la nuit précédent le dimanche de Pâques.

Pâques douces, peu  de grains. Pâques gelées, abondance de grains.

Robert Arnaud,

Vice-Président du Collectif  Prouvènço


La Candelouso

La Candelouso  es la fèsto catoulico de la presentacioun de Jèsu au temple. Au siècle cinquen lou Papo Gelase I creè, (en se servènt de la lèi di Jusiòu pèr la presentacioun au tèmple de l’enfant proumié nascu, e de la purificacioun de sa maire en pourgissènt un biòu o  dos tourtouro pèr li paure, segound la coustumo de soun tèms que sant Jóusè e la Santo Vierge avien segui), la fèsto di Candelo o Candelouso que sa lus ramento la lus que davalo sus terro emé la vengudo de Jèsu-Crist, pèr que lou pople crestian pousquèsse festeja, sènso ounoura li diéu pagan ; es celebrado 40 jour après Nouvè, lou 2 de febrié.

Encò di Rouman, di Gallés, aquesto fèsto dicho di Candèlo –dóu latin Festa candelarum –se debanavo entre lou proumié e lou 15 de febrié pèr festeja li divesso de la purificacioun e la drudeso de la terro, s’atubavo de candèlo pèr esvarta lou Mau, e pèr agué de bòni recordo.

En Prouvènço, pèr li Catouli, se fai la messo de vèspre ounte soun destribuido de candèlo verdo atubado pèr la proucessioun d’intrado dins la glèiso escuro, s’amosson que quand la lus de la paraulo a retounti ; li païsan estremavon aquéli candèlo pèr lis atuba lors d’aurige pèr apara li recordo avenidouiro.

Mant un prouverbe soun liga à-n-aquesto fèsto :

« Eigagno à la Candelouso, l’iver es acaba »

« A la Candelouso, l’iver s’apasimo o reguigno »

« A la Candelouso, l’ourse fai tres saut

Foro soun trau

S’es nivo, s’en vai

Se fai soulèu, intro mai

E sort plus de quaranto jour »

Tambèn se fai de pastissarié en formo de barco : li naveto que retraison d’un biais simbouli la barco di Sànti Marìo que pourtavon la lus dóu Crist is estajan de Prouvènço. Aquésti naveto soun benesido à l’abadié de Sant Vitòu à Marsiho e despartido dins li Capello procho. Tóuti li batèu que vènon barqueja à l’entour soun benesi.

Dins lis àutri païs, se fai pulèu de crespo que retipon lou soulèu que repren d’envanc après la sournuro ivernenco e que marco la coumençanço de l’obro pacano.

Robert Arnaud – Vice président du « Collectif  Prouvènço »


La Chandeleur

La Chandeleur est la fête catholique de la présentation de Jésus au temple. Au Ve siècle, le Pape Gelase 1er créa (en se servant de la loi des juifs pour la présentation de l’enfant premier né, et de la purification de sa mère en offrant un bœuf ou deux tourterelles pour les pauvres, selon la coutume de son temps, que Saint-Joseph et la Sainte Vierge avaient suivi) la fête des Chandelles ou Chandeleur dont la lumière rappelle celle qui descend sur terre avec la venue de Jésus Christ, afin que le peuple puisse faire la fête, sans honorer les dieux païens ; elle est célébrée 40 jours après Noël, le 2 février.

Chez les romains et les gaulois, cette fête dite des Chandelles – du latin Festa Candelarum – se déroulait entre le 1er et le 15 février pur fêter les déesses de la purification et de la fertilité de la terre, et on allumait des chandelles pour écarter le mal et pour avoir de bonnes récoltes.

En Provence, pour les catholiques, on fait la messe des Vêpres où sont distribuées des chandelles vertes allumées pour la procession d’entrée dans l’église obscure et que l’on éteint que lorsque la lumière de parole a retenti ; les paysans mettaient à l’abri ces chandelles pour les allumer lors d’orage pour protéger les futures récoltes. Plus d’un proverbe sont liés à cette fête :

« Rosée à la chandeleur, l’hiver est terminé »

« à la chandeleur, l’hiver s’apaise ou reprend »

« à la chandeleur, l’ours fait trois sauts en dehors de son trou : S’il neige, il s’en va… S’il fait soleil, il rentre de nouveau et ne sort plus de 40 jours »

Aussi, il se fabrique des pâtisseries en forme de barque : les navettes qui reproduisent symboliquement la barques des Saintes-Maries qui portaient la lumière du Christ aux habitants de la Provence. Ces navettes sont bénies à l’abbaye Saint-Victor à Marseille et sont reparties dans les chapelles voisines. Tous les bateaux qui viennent s’amarrer aux alentours sont bénis.

Dans les autres pays, on fait plutôt des crêpes qui imitent le soleil, reprenant de la force après l’obscurité de l’hiver, et marque le début des travaux des champs.

Robert Arnaud

 


Coupo Santo

Parce que la Côte Bleue, c’est aussi la Provence, à compter de ce numéro nous vous donnons rendez vous tous les deux mois avec la langue Mistralienne. A tout seigneur tout honneur, nous avons choisi ce mois-ci de vous faire (re)découvrir l’hymne de notre belle Provence,  je veux bien entendu parler de la « Coupo Santo ».

L’origine de la Coupe

 En 1867, le poète Catalan Victor Balaguer est exilé de son pays. Les Félibres provençaux l’accueillent comme un frère. Son exil étant de courte durée, il peut quelques mois plus tard retourner en Espagne. En reconnaissance de l’hospitalité provençale, Victor Balaguer offre une coupe aux Félibres.

Elle inspire Frédéric Mistral qui écrit ce qui deviendra l’hymne du Félibrige et plus largement de la Provence : la Coupo Santo. La musique est un chant de Noël de Nicolas Saboly composé au XVIIe siècle.

C’est le Capoulié, ou grand maître du Félibrige, qui a la garde de la coupe. Chaque année, il la sort le jour de la Santo Estello. Il y verse du vin (Châteauneuf du Pape), chante l’hymne dont l’assemblée reprend le refrain, puis la sainte coupe passe de main en main pour la communion félibréenne.

La coupe est la création du sculpteur Avignonnais Guillaume Fulconis : les deux femmes représentent la Provence et la Catalogne. Cette union entre Catalans et Provençaux se retrouve aussi dans les couleurs du drapeau d’or et de gueules.

Coupo SantoProuvençau, veici la Coupo
Que nous vèn di Catalan ;
A-de-rèng beguen en troupo
Lou vin pur de noste plant.Coupo Santo
E versanto
Vuejo à plen bord
Vuejo abord
Lis estrambord
E l’enavans di fort !
D’un vièi pople fièr e libre
Sian bessai la finicioun ;
E, se toumbon li Felibre
Toumbara nosto nacioun.D’uno raço que regreio
Sian bessai li proumié gréu ;
Sian bessai de la patrìo
Li cepoun emai li priéu.Vuejo-nous lis esperanço
E li raive dóu jouvènt,
Dóu passat la remembranço
E la fe dins l’an que vèn.Vuejo-nous la couneissènço
Dóu Verai emai dóu Bèu,
E lis àuti jouïssènço
Que se trufon dóu toumbèu.Vuejo-nous la Pouësio
Pèr canta tout ço que viéu,
Car es elo l’ambrousìo
Que tremudo l’ome en diéu.Pèr la glòri dóu terraire
Vautre enfin que sias counsènt
Catalan, de liuen, o fraire,
Coumunien tóutis ensèn !
Coupe sainteProvençaux, voici la coupe
Qui nous vient des Catalans
Tour à tour buvons ensemble
Le vin pur de notre cru.Coupe sainte
Et débordante
Verse à pleins bords
verse à flots
Les enthousiasmes
Et l’énergie des forts !
D’un ancien peuple fier et libre
Nous sommes peut-être la fin ;
Et, si les Félibres tombent
Tombera notre nation.D’une race qui regerme
Peut-être somme nous les premiers jets ;
De la patrie, peut-être, nous sommes
Les piliers et les chefs.Verse nous les espérances
et les rêves de la jeunesse,
Le souvenir du passé
Et la foi dans l’an qui vient.Verse nous la connaissance
Du Vrai comme du Beau,
Et les hautes jouissances
Qui se rient de la tombe.Verse nous la Poésie
Pour chanter tout ce qui vit,
Car c’est elle l’ambroisie
Qui transforme l’homme en Dieu.Pour la gloire du pays
Vous enfin nos complices
catalans, de loin, ô frères,
Tous ensemble, communions !

Le chant d’origine comporte sept couplets plus le refrain. Il est d’usage de ne chanter que le premier, le deuxième et le dernier couplet, bien entendu entrecoupés à chaque fois du refrain. L’assistance se lève lors du dernier couplet qui se doit d’être entonné plus lentement. Et il est utile de rappeler que la Coupo Santo est un hymne, et donc ne s’applaudit pas à la fin.

 


Nouvello de Mar

Marsiho e soun port, Marsiho e sa mar… Que serié Marsiho sènso la mar ? La Mar Nouestro que cade jour despuei mai de 2 600 an nous adue dins sa  ressaco boueno e marrìdei nouvello.

Voudrièu vous douna dous eisèmple de moun dire : L’a quauque tèms d’acò, la televisien nous aprenié lou retour dóu mèrou dins la mar Mieterragno. En Corso, dins la reservo naturalo de Scandola, lou foueço serious Groupe d’Etude du Mérou countè l’a gaire de tèms mai de 600 mèrou quand n’en avié pas mai de 10 au mume endré l’a 30 an d’acò ! Coumo ma grand mi disié toujour « marfiso-ti dei couiounado de la televisien », prenguèri lingo emé quàuquei gènt de mar dóu coustat de l’Estaco. Mi diguèron tóutei parié : despuèi quauque tèms vien mai de mèrou qu’ atarron sus lei ribo prouvençalo. Dins uno atualita mounte lei bouénei nouvello pèr la planeto e sei estajan soun raro, vouliéu douna d’esvanc en aquélei que pènson que leis ome de boueno voulounta pouedon chanja lei cavo.

De còup que l’a pamens, sèmblo qu’anan perdre la barco e leis aràngi… Dóu coustat deis aigo trèbo dóu Vièi-Port, pèr lou ferry-boat, la barco toco, es lou cas de va dire !

Lou batèu lou mai populàri de Marsiho a mai de jour de quèi que de mar… Sèmblo uno galejado marsiheso de dire que lou tout nouvèu ferry-boat, mai que mouderne (eleitrosoulàri), fa lei brigo lei jour de vènt. E pamens, es la verita. Se boufo lou Mistrau o lou Levant, dèu ista de caire de pòu de s’escrapouchi dins lou porge deis Augustin vo bèn de travessa lou port en long pulèu qu’en large (mi souvèni qu’èro la grando tafo dóu capitàni Escartefigue dóu paure Pagnol). Dian mume que d’un ventoulet n’a proun pèr fa frani lei passagié…e esfraia lou capitàni e lei matalot. Avèn entendu quàuquei touriste s’estouna que l’ague un courrènt tant fouar e mau counoueissu  dins lou Vièi-Port.

S’acò duro enca’n pau, vias d’aqui lou mounde, un còup de mai, si trufa dei Marsihés…

Dins lou journau La Provence, un deis architèite de la flour dei batèu dóu Lacidoun, dounè, l’a gaire, uno provo de sa sciènci pèr rassegura lou brave pople marsihés : « Un bateau, ce n’est pas un train qui avance sur des rails. » Tè, aganto acò ! Emé d’architèite ensin, poudèn dourmi tranquile, lou mounde caminara pas de caire e es pas deman que chounaren !

***

            Fabian Rouman

Vice-Président du Collectif Prouvènço

Nouvelles de la Mer

Marseille et son port, Marseille et sa mer… Que serait Marseille sans la mer ? La Mar Nouestro qui chaque jour depuis plus de 2 600 ans nous amène au gré de son ressac, bonnes et mauvaises nouvelles.

Je voudrais vous en donner deux exemples : il y a quelque temps, la télévision nous apprenait le retour du mérou dans la mer Méditerranée. En Corse, dans la réserve naturelle de Scandola, le très sérieux «groupe d’étude du mérou» comptait, il y a peu de temps encore plus de 6 000 mérous quand il n’y en avait pas plus de 10 au même endroit, 30 ans auparavant ! Comme ma grand-mère me disait toujours « Méfie-toi des couillonnades de la télévision ! ». J’ai donc pris contact avec quelques marins du côté de l’Estaque. Ils m’ont tous dit la même chose : depuis peu, il arrive d’avantage de mérou sur le rivage provençal. Dans une actualité où les bonnes nouvelles pour la planète sont rares, je voudrais donner de l’élan à ceux qui pensent que les hommes de bonne volonté peuvent changer les choses.

Pourtant, il semble que nous allons perdre la barque et les oranges… Du côté des eaux troubles du Vieux-Port, et concernant le ferry-boat, la barque vacille, c’est le cas de le dire !

Le bateau le plus populaire de Marseille est plus souvent à quai qu’en mer… Cela semble une galéjade marseillaise de dire que le tout nouveau Ferry-Boat, bien que très moderne (électrosolaire), fait triste mine les jours de vent. Et pourtant c’est la vérité. Si le Mistral ou le Levant soufflent, il doit rester ancré de peur de s’écraser dans le porche des Augustins, sinon à traverser le port en long plutôt qu’en large (je me souviens que c’était la grande peur du Capitaine Escartefigue, héros de Marcel Pagnol). On dit même qu’il suffit d’un petit vent pour faire frémir les passagers… Et effrayer le capitaine et les matelots. On a même entendu quelques touristes s’étonner qu’un courant méconnu soit si fort dans le Vieux-Port.

Dans le journal La Provence, un des architectes, concepteur des bateaux haut-de-gamme du Lacidon, donnait voici quelques jours une bonne preuve de sa science pour rassurer le brave peuple marseillais : « un bateau, ce n’est pas un train qui avance sur des rails ». « Tè ! Aganto acò ! ». Avec de tels architectes, nous pouvons dormir tranquille, le monde ne marchera pas de travers et ce n’est pas demain que nous chômerons !

***

    Fabian Rouman

Vice-Président du Collectif Prouvènço


 

« Sausset les pins – Lou Fanau
Le Rove »

Pas de Commentaires